Archives par mot-clé : open source

Manifeste pour un réseau ouvert des objets connectés

Les objets connectés sont partout. Certains sont plus utiles que d’autres, mais la réalité est la. Le besoin de faire communiquer nos objets de manière globale est là. La connexion doit être permanente, la couverture globale.

Récemment, plusieurs acteurs sont apparus sur ce marché, avec l’ambition de mettre en place un réseau global permettant à des objets connectés de communiquer. L’idée de réseau global pour IoT est très innovante, nous ne pouvons le nier, par contre toutes les tentatives actuelles ont des défauts graves.

Chacun de ces réseaux a en effet développé des technologies propriétaires pour cet usage. Ainsi, pas de risque que les clients aillent voir ailleurs.

Le problème, c’est que ces technologies

  • Requièrent d’acheter exclusivement les modules compatibles
  • Requièrent des modules fournis comme des boites noires
  • N’ont subi aucune évaluation de sécurité
  • N’ont aucune spec publique permettant de comprendre leur fonctionnement

Une fois de plus, nous pensons que cette logique d’enfermement est nuisible au large développement de l’Internet des Objets. En effet, chaque acteur n’a qu’un désir: imposer sa technologie, au détriment des autres, en espérant “conquérir le monde” et tout réussir tout seul.

A l’inverse, nous souhaitons développer un protocole de communication pour l’IoT qui soit totalement ouvert, avec des spécifications accessibles gratuitement à tous, sans NDA, sans donner son adresse email, sans requérir de module boite noire, sans être bloqué avec un fournisseur de module ou de service.

Nous pensons que:

  • Les technologies permettant l’implémentation d’un réseau global pour l’IoT existent déja, n’ont rien de révolutionnaire, et sont accessibles ouvertement.
  • Seul un écosystème ouvert, dans lequel chacun peut contribuer, permettra l’explosion du nombre d’objets connectés.
  • Cet écosystème doit inclure tout le monde: Entreprises, Makers, particuliers
  • Il ne faut pas avoir peur de l’ouverture. Le gateau à partager est suffisamment grand, et sera encore plus grand si tous les objets connectés parlent une même langue documentée et accessible.

Nous souhaitons:

  • Inventer un protocole complètement libre pour connecter tous les objets, dans lequel tout le monde a confiance, parce qu’il n’a rien à cacher.
  • Faire mieux que l’existant. Que celui ci soit une inspiration, mais pas un modèle technique.
  • Garantir la confidentialité et l’authenticité des données transmises.
  • Montrer que le monde du libre vaut mieux que celui de quelques industriels qui bossent dans leur coin.

Voici donc la roadmap que nous proposons:

  • Communiquer sur cette initiative, tout le temps.
  • Définir les fonctionnalités que doit permettre ce protocole
  • Evaluer les composants radio Sub-GHz existants pour déterminer un socle commun de fonctionnalités
  • Ecrire une spécification complète du protocole que tout le monde puisse implémenter avec les solutions techniques qu’il souhaite
  • Mettre en place un réseau aussi large que possible permettant la communication des objets ainsi connectés.

Nous avons besoin de bonnes volontés pour développer ce projet. Les experts de chaque domaine se reconnaitront et sauront participer à ce projet, j’en suis convaincu. J’en connais déja quelques uns qui ont des idées très claires et qui sont prêts à les partager.

Des discussions ont déja eu lieu à l’Electrolab, le plus grand hackerspace de France et presque d’Europe, qui regroupe des spécialistes reconnus du monde de la radio et des communications. Cette association, dont je suis récemment devenu membre administrateur, possède des moyens de prototypage faramineux pour des projets libres et ouverts intéressants. Je n’ai aucun doute que ses membres sauront également reconnaitre l’intéret de ce projet.

C’est vraiment ambitieux. Cela ne fonctionnera que si nous sommes plusieurs à nous y attaquer.

Mais les possibles répercussions sont très larges et très positives. Ceci peut être aussi significatif que l’arduino l’a été pour l’électronique.

Pour manifester votre intéret, ajoutez un commentaire ci-dessous. Si vous souhaitez joindre votre voix au manifeste, dites le, et je vous ajoute a la liste des “signataires” ci-dessous.

Signataires

Sébastien Lorquet, radioamateur F4GRX
Charles Rincheval, @hugokernel

Revue de presse – 12 Novembre 2012

Raspberry Pi

Un rack pour 4 raspberry pi en lego peut servir à plein de choses, notamment à gérer un stockage distribué chez soi. Si un disque casse, il reste les autres! Des plans de construction de la structure en Lego sont fournis, ça me rappelle ma petite enfance!

Source: http://www.giaceccosdigitalcontraptionsimaginarium.com/post/34442735088/modular-rack-for-four-raspberry-pis-in-pcsl-adafruit (mention spéciale au nom de domaine!)

Via: http://www.adafruit.com/blog/2012/11/09/modular-rack-for-four-raspberry-pis-in-pcsladafruit-case-usb-hdd-switch-piday-raspberrypi-raspberry_pi/

Stellaris Launchpad

Après avoir réussi à faire fonctionner le débugage sur openocd, un tutorial a été écrit sur la programmation de la bête sous linux!

Source: http://recursive-labs.com/blog/2012/10/28/stellaris-launchpad-gnu-linux-getting-started/

Via: http://forum.stellarisiti.com/blog/6/entry-29-stellaris-launchpad-development-using-linuxgcclm4tools/

A noter également que Texas Instruments m’a contacté pour me prévenir de l’envoi de mes cartes. Les choses sérieuses vont commencer!

Arduino

Un nouvel arduino est né, c’est un mini micro! Il tient sur un support DIL large, comme un basic stamp, ce qui est très pratique pour l’intégrer dans vos bricolages! C’est l’arduino nano!

Source: http://arduino.cc/en/Main/ArduinoBoardNano

Acheter sur amazon

Radio

L’Electrolab s’intéresse au sdr-widget, une carte son usb particulière qui est plutôt une platine d’acquisition de signaux issus d’une carte SDR (radio logicielle). Cette carte a une très bonne dynamique de 153 dB, ce qui signifie qu’elle peut digitaliser simultanément des signaux très différents (très forts et très faibles) C’est plutôt rare pour ce genre d’appareil, et très important pour faire de la radio… Mais aussi pour les audiophiles!

Source: http://wiki.electrolab.fr/Projets:Lab:2011:SDR_Widget

Etonnant

Les lignes à retard sont des appareils plutôt anciens, qui servaient dans les appareils vidéo à faire fonctionner le décodage de la couleur, surtout pour les systèmes PAL et SECAM. Le but de ces circuits est donc de retarder un signal, généralement de quelques microsecondes. Et que fait le signal pendant ce temps? Eh bien il est “stocké” sous forme d’onde dans le matériau, que ce soit dans un long fil émaillé ou dans une lame de verre. Dans les applications vidéos, cela sert à stocker une ligne d’image pour l’ajouter à la suivante, c’est nécessaire pour décoder correctement les couleurs. Mais en informatique, il suffit de boucler la sortie sur l’entrée pour que le signal se propage en boucle, et on obtient… une mémoire!

J’avais déja vu ces appareils utilisés dans des ordinateurs grâce au blog de  Bunnie Huang. Pour avoir une plus grande capacité mémoire, on utilise alors un fil en nickel de grande longueur bouclé et légèrement maintenu pour ne pas affaiblir l’onde qui s’y propage.

Mais dans cet article, le hack est plus prononcé, puisqu’il s ‘agit d’une récupération provenant d’une vieille caméra vidéo!

Source: http://www.youtube.com/watch?v=-qerYLM-eEg

Via: http://hackaday.com/2012/11/09/storing-32-bytes-of-data-in-a-piece-of-glass/

 

La Revue de presse du lundi – 5 nov 2012

Raspberry pi

Une partie du code source des drivers vidéo est publiée, mais la communauté s’interroge sur l’utilité de cette annonce : en effet il semblerait que le code libéré ne fasse que passer des messages à un “blob binaire” interne au circuit graphique, donc les sources ne sont pas (et ne seront probablement jamais ) disponibles. C’est l’occasion d’un débat entre le logiciel libre et le matériel libre; certaines personnes acceptant de déplacer du code propriétaire dans un composant électronique à condition que celui ci reste “confiné”.

Source : http://www.raspberrypi.org/archives/2221

Stellaris launchpad

Texas instruments libère les informations nécessaire pour construire un débugger, la carte Stellaris Launchpad est maintenant gérée par le projet OpenOCD, un débogueur JTAG universel. Du coup, la carte peut être programmée et déboguée en se passant totalement de logiciens payants ou propriétaires, et en prime, la partie “débogueur” de la carte peut servir de programmateur JTAG pour d’autres circuits.

Source: http://forum.stellarisiti.com/topic/309-icdi-support-in-openocd/

Via: http://hackaday.com/2012/10/21/debugging-the-stellaris-with-openocd/

Arduino

Ce clone d’Arduino a été entièrement câblé à la main avec du fil rigide ! Ce n’est sans doute pas très pratique à utiliser, mais en tout cas, c’est artistique!

Source : http://www.geocities.jp/arduino_diecimila/obaka/project-7/index_en.html

Via : http://dangerousprototypes.com/2012/11/02/coolest-arduino-ever/

Le projet radio

Cette carte est assez complexe à utiliser mais son concept est intéressant, elle peut s’adapter à différents modes de fonctionnement selon son logiciel. D’habitude il faut des composants différents. C’est l’avantage de la technologie SDR

Source : http://ossmann.blogspot.fr/2012/06/introducing-hackrf.html

Via : http://dangerousprototypes.com/2012/10/23/hackrf-open-source-sdr/

Le hack étonnant

Utiliser un circuit BGA (ball grid array) est souvent réservé aux professionnels. Mais lui, il a réussi un montage étonnant, en connectant directement des fils sur les billes du BGA. Le projet consiste à afficher des fractales sur un écran de PSP, ce qui est un bon exemple de “hack” : la réutilisation d’objets pour d’autres buts que ceux pour lesquels ils étaient prévus au départ.

Source : (en japonais, mais les images sont intéressantes!) http://www.chiaki.cc/Pyxis2010/index.htm

Via : http://dangerousprototypes.com/2012/10/24/who-says-bga-packages-are-hard-to-solder/