Make it up : l’obsolescence reprogrammée !

logo makeitupLe week end dernier avait lieu l’évènement Make it Up, dont le but est de promouvoir la réutilisation d’objets obsolètes dans des projets innovants. Tout ceci avait lieu à Saint Ouen, dans le quartier des puces. Le programme de la journée était composé de conférences, et surtout de la présentation des prototypes réalisées par les participants (choisis à l’avance sur concours). Ces prototypes ont tous été réalisés en 3 jours, le week end dernier.

Pourquoi ce  nom?

L’obsolescence programmée est le nom donné à l’idée que souvent, les appareils que nous achetons sont à usage unique, même s’ils sont chers, et qu’ils finissent toujours par tomber en panne, et en même temps par devenir inutilisables, donc jetés, et, dans le meilleur des cas, leurs matériaux sont partiellement recyclés.

Le concept d’obsolescence reprogrammée développée par cet évènement va au delà, il s’agit donc de donner une deuxième vie à des objets qui ne servent plus. La démarche est avant tout militante, parfois artistique, toujours intéressante, et certaines réalisations peuvent avoir un aspect véritablement utile et/ou innovant. En pratique, le mouvement concerne les ingénieurs concepteurs, il veut les inciter à ne pas transformer les objets en boite noire, mais à plutôt faciliter leur dissection. Mettre un connecteur démontable au lieu de souder un fil ici, laisser apparentes les connexions JTAG ou ICD des processeurs embarqués par là, etc… tout ceci contribue à rendre les objets manufacturés réutilisables. L’argument du prix n’intéresse pas ces gens, ils préfèrent acheter un objet plus cher, s’il est réutilisable.

Voyons ce qui a été réalisé pendant cet évènement. Plusieurs projets étaient présentés, vous pouvez tous les voir si le site de l’évènement.

Twitte Mood
Un clavier à souris, un arduino, des musiques en tweets!

J’ai pu discuter plus longuement avec Arnaud Angelo, qui, en tant que participant sélectionné par les organisateurs de l’évènement, a contribué à inventer le Twitte Mood, qui est en fait un clavier électronique composé de souris informatiques, “disséquées” , et connectées à un ordinateur par l’intermédiaire d’un arduino. Chaque fois que des notes sont jouées, les mélodies résultantes sont envoyées sur twitter.

Ce projet est évolutif, il s’agit pour l’instant d’un concept réalisé très rapidement, pendant un “makeathon”, un marathon de réalisation. Arnaud et son équipe ont toutefois de grandes idées pour leur bébé. Par exemple, les mélodies twittées par les gens qui ont visité l’expo aujourd’hui (ou plus tard) pourraient être utilisées par, disons, la sonnerie de votre maison en tant que mélodies originales. Cette idée des objets connectés fait de plus en plus son chemin, et si aujourd’hui un ordinateur était utilisé pour les besoins de la démonstration, on pourrait tout à fait imaginer que l’arduino soit doté d’un shield ethernet et de la librairie thingspeak pour qu’il se débrouille tout seul.

Le PicToast
Un grille pain pour faire passer des messages!

Le PicToast était également un recyclage intéressant. Peu de travail a été nécessaire pour remettre en route ce grille pain, mais l’idée de s’en servir pour écrire des messages est intéressante!

Cette idée des objets connectés fait son chemin, au début j’ai souvent entendu parler de connexions “machine to machine” , mais je me rends compte que les médias sociaux et les relations humaines ont toute leur place dans cet environnement. Un autre exemple de machine connectée et sociale se trouve par exemple ici : Touch.it.Fa.bulo.us/ly (non fonctionnel en ce moment) : dans ce projet, les commentaires des gens incrémentent un compteur, dont l’image est retournée en temps réel.

 

Peu utile d’un point de vue pratique, ces objets sont probablement en avance sur leur temps. Ce genre de concept n’a que le mérite de pousser notre réflexion au delà du quotidien, de nous suggérer des réutilisations possibles des objets, et c’est à nous d’intégrer ces possibilités dans les objets de demain.

 

Make It Up 2012
Des visiteurs au Make it Up 2012

En résumé de la journée, je dois dire que j’ai été agréablement surpris de voir une grande quantité de gens assister à cet évènement. La salle de présentation était pleine, on s’y bousculait. Je trouve cette affluence rassurante et motivante, car cela veut dire qu’avec quelques efforts de médiatisation, “les gens” s’intéressent encore au bricolage. Cela me conforte dans l’idée que ces mêmes personnes trouvent l’électronique trop complexe, et que dès qu’un effort est fait pour la rendre abordable, cette discipline attire des gens.

C’est sans doute une leçon à retenir…