Archives de catégorie : Actualités

Cette catégorie regroupe tous les articles dans lesquels je décris les actualités de mon domaine.

Revue de presse – 19 Novembre 2012

Arduino

Vous trouverez ici tous les détails pour utiliser une carte SD avec un arduino (ou autre!)

Raspberry Pi

gocupi – un système de dessin polaire avec un stylo attaché à deux fils, dont la longueur est contrôlée par des moteurs pas à pas.

Stellaris

Scompo Projects fait encore un pas vers la liberté: un le code de boot et un linker script en licence libre, pour améliorer encore la quantité et la qualité du développement stellaris libre ( via DangerousPrototypes ).

Technologies

Samsung passe au 10 nm pour graver les puces de 64 GO

Etonnant

Transformer une double rangée de pins en circuit DIL – Pratique pour les plaques à trous

Les écrans de camescopes sont récupérables !

Comment fabriquer des PCB en verre ?

Revue de presse – 12 Novembre 2012

Raspberry Pi

Un rack pour 4 raspberry pi en lego peut servir à plein de choses, notamment à gérer un stockage distribué chez soi. Si un disque casse, il reste les autres! Des plans de construction de la structure en Lego sont fournis, ça me rappelle ma petite enfance!

Source: http://www.giaceccosdigitalcontraptionsimaginarium.com/post/34442735088/modular-rack-for-four-raspberry-pis-in-pcsl-adafruit (mention spéciale au nom de domaine!)

Via: http://www.adafruit.com/blog/2012/11/09/modular-rack-for-four-raspberry-pis-in-pcsladafruit-case-usb-hdd-switch-piday-raspberrypi-raspberry_pi/

Stellaris Launchpad

Après avoir réussi à faire fonctionner le débugage sur openocd, un tutorial a été écrit sur la programmation de la bête sous linux!

Source: http://recursive-labs.com/blog/2012/10/28/stellaris-launchpad-gnu-linux-getting-started/

Via: http://forum.stellarisiti.com/blog/6/entry-29-stellaris-launchpad-development-using-linuxgcclm4tools/

A noter également que Texas Instruments m’a contacté pour me prévenir de l’envoi de mes cartes. Les choses sérieuses vont commencer!

Arduino

Un nouvel arduino est né, c’est un mini micro! Il tient sur un support DIL large, comme un basic stamp, ce qui est très pratique pour l’intégrer dans vos bricolages! C’est l’arduino nano!

Source: http://arduino.cc/en/Main/ArduinoBoardNano

Acheter sur amazon

Radio

L’Electrolab s’intéresse au sdr-widget, une carte son usb particulière qui est plutôt une platine d’acquisition de signaux issus d’une carte SDR (radio logicielle). Cette carte a une très bonne dynamique de 153 dB, ce qui signifie qu’elle peut digitaliser simultanément des signaux très différents (très forts et très faibles) C’est plutôt rare pour ce genre d’appareil, et très important pour faire de la radio… Mais aussi pour les audiophiles!

Source: http://wiki.electrolab.fr/Projets:Lab:2011:SDR_Widget

Etonnant

Les lignes à retard sont des appareils plutôt anciens, qui servaient dans les appareils vidéo à faire fonctionner le décodage de la couleur, surtout pour les systèmes PAL et SECAM. Le but de ces circuits est donc de retarder un signal, généralement de quelques microsecondes. Et que fait le signal pendant ce temps? Eh bien il est “stocké” sous forme d’onde dans le matériau, que ce soit dans un long fil émaillé ou dans une lame de verre. Dans les applications vidéos, cela sert à stocker une ligne d’image pour l’ajouter à la suivante, c’est nécessaire pour décoder correctement les couleurs. Mais en informatique, il suffit de boucler la sortie sur l’entrée pour que le signal se propage en boucle, et on obtient… une mémoire!

J’avais déja vu ces appareils utilisés dans des ordinateurs grâce au blog de  Bunnie Huang. Pour avoir une plus grande capacité mémoire, on utilise alors un fil en nickel de grande longueur bouclé et légèrement maintenu pour ne pas affaiblir l’onde qui s’y propage.

Mais dans cet article, le hack est plus prononcé, puisqu’il s ‘agit d’une récupération provenant d’une vieille caméra vidéo!

Source: http://www.youtube.com/watch?v=-qerYLM-eEg

Via: http://hackaday.com/2012/11/09/storing-32-bytes-of-data-in-a-piece-of-glass/

 

La Revue de presse du lundi – 5 nov 2012

Raspberry pi

Une partie du code source des drivers vidéo est publiée, mais la communauté s’interroge sur l’utilité de cette annonce : en effet il semblerait que le code libéré ne fasse que passer des messages à un “blob binaire” interne au circuit graphique, donc les sources ne sont pas (et ne seront probablement jamais ) disponibles. C’est l’occasion d’un débat entre le logiciel libre et le matériel libre; certaines personnes acceptant de déplacer du code propriétaire dans un composant électronique à condition que celui ci reste “confiné”.

Source : http://www.raspberrypi.org/archives/2221

Stellaris launchpad

Texas instruments libère les informations nécessaire pour construire un débugger, la carte Stellaris Launchpad est maintenant gérée par le projet OpenOCD, un débogueur JTAG universel. Du coup, la carte peut être programmée et déboguée en se passant totalement de logiciens payants ou propriétaires, et en prime, la partie “débogueur” de la carte peut servir de programmateur JTAG pour d’autres circuits.

Source: http://forum.stellarisiti.com/topic/309-icdi-support-in-openocd/

Via: http://hackaday.com/2012/10/21/debugging-the-stellaris-with-openocd/

Arduino

Ce clone d’Arduino a été entièrement câblé à la main avec du fil rigide ! Ce n’est sans doute pas très pratique à utiliser, mais en tout cas, c’est artistique!

Source : http://www.geocities.jp/arduino_diecimila/obaka/project-7/index_en.html

Via : http://dangerousprototypes.com/2012/11/02/coolest-arduino-ever/

Le projet radio

Cette carte est assez complexe à utiliser mais son concept est intéressant, elle peut s’adapter à différents modes de fonctionnement selon son logiciel. D’habitude il faut des composants différents. C’est l’avantage de la technologie SDR

Source : http://ossmann.blogspot.fr/2012/06/introducing-hackrf.html

Via : http://dangerousprototypes.com/2012/10/23/hackrf-open-source-sdr/

Le hack étonnant

Utiliser un circuit BGA (ball grid array) est souvent réservé aux professionnels. Mais lui, il a réussi un montage étonnant, en connectant directement des fils sur les billes du BGA. Le projet consiste à afficher des fractales sur un écran de PSP, ce qui est un bon exemple de “hack” : la réutilisation d’objets pour d’autres buts que ceux pour lesquels ils étaient prévus au départ.

Source : (en japonais, mais les images sont intéressantes!) http://www.chiaki.cc/Pyxis2010/index.htm

Via : http://dangerousprototypes.com/2012/10/24/who-says-bga-packages-are-hard-to-solder/

 

Réparer un jack grâce à l’impression 3D

L’impression 3D, ça sert à tout!

“Carsonlau” s’est fait arracher la prise jack de son casque par un voisin indélicat dans un avion.

Il a recréé un modèle 3D de son jack, ainsi qu’un moule en deux parties. Avec du caoutchouc silicone modelable “Sugru” il a pu très facilement reconstruire un jack au bout de son câble.

L’effet est bluffant, cela n’a rien à voir avec un jack de remplacement acheté en magasin de bricolage! La partie anti-arrachement est particulièrement réussie, c’est ce qui manque habituellement sur les jacks du commerce.

Voici ce que ça donne, ainsi que le lien original, et l’article sur MAKE.

Moule pour jack
La CAO du moule imprimé en 3D
Jack made with sugru
Le résultat après démoulage. Bluffant!

9 Octobre 1962: L’invention de la LED visible

Le 9 Octobre 1962 est un jour à retenir dans l’histoire de l’électronique:

C’est le jour où Nick Holonyak, ingénieur de la General Electric, fit la première démonstration d’une LED émettant de la lumière visible, rouge.

First LED by Nick Holonyak
La première LED visible

 

C’est la découverte du matériau “miracle”, le GaAsP, alliage de gallium, d’arsenic et de phosphore, qui a rendu la chose possible. Au contraire du silicium, ce semi-conducteur peut émettre de la lumière. Cette réalisation s’est accompagnée d’une meilleure compréhension de la physique quantique et de la structure de la matière solide. Elle a aussi contribué à l’invention du Laser, qui équipe nos lecteurs CD/DVD.

Cet article de Wired présente cet inventeur, avec une belle vidéo, dans la langue de Shakespeare.

Dans cette vidéo, Nick Holonyak présente l’histoire de la découverte, son excitation quand son équipe a réussi à produire la première LED à lumière visible (jusque là, les expériences produisaient de la lumière infrarouge, qui est invisible) et explique qu’il a rapidement compris les implications énormes de la génération de lumière électronique, sans se baser sur les ampoules à incandescence: leur faible prix et leur efficacité promettaient de nombreuses applications.

Il exprime également sa surprise et sa satisfaction devant la miniaturisation de l’appareil qu’il a inventé, qu’il n’avait pas imaginé aussi réussie.

Pour finir, il nous décrit son enfance, pendant laquelle ses parents lui ont donné un couteau pour bricoler, qui lui a souvent servi lorsqu’il a voulu fabriquer des choses dans son enfance. On comprend que son enfance a été très créative. A la fin de la vidéo, il nous donne une leçon de vie qui me touche particulièrement, moi qui essaye de vous faire partager le plaisir du bricolage libre, je transcris les derniers mots qu’il exprime dans sa vidéo:

“Learn more, do more, build more… reveal more !”

Ce qui signifie, “il faut apprendre plus, réaliser plus de choses, construire plus de choses, révéler plus de choses”.

 

Révéler plus, c’est exactement de quoi est faite l’électronique libre. C’est bien en démontant des objets, en apprenant comment ils sont faits, en les modifiant, en les analysant, qu’on comprend leur fonctionnement et qu’on fait avancer la technologie, et qu’on peut mieux partager les bénéfices de la technologie.

Des LEDs modernes
Des LEDs modernes (Wikipédia)

 

Vite fait: Apprenons à développer sur ARM avec Texas Instruments

Texas instruments propose depuis quelques semaines une promotion très intéressante sur sa carte de développement Stellaris LM4F120. C’est une carte de développement avec un microcontroleur ARM et les composants indispensables, sur une carte électronique utilisable pour bricoler, le tout pour 5 dollars.

Cela me semble parfait pour aborder le développement embarqué sur une plate forme 32 bits moderne. La carte a les fonctionnalités suivantes (description complète, description du kit):

  • CPU ARM Cortex M4 à 80 MHz, avec 256Ko de flash et 32Ko de RAM
  • Interface USB 2 (micro-B, le cable est fourni) avec un PC
  • Interface de débogage intégrée sur un autre port USB
  • Interface “Booster pack” similaire à l’Arduino pour pouvoir connecter ses propres montages additionnels
  • Des LEDs et des boutons pour les tests
  • de l’I2C, UART, CAN, ADC,  interruptions…
Carte Stellaris Launchpad de Texas Instruments
Carte Stellaris Launchpad de Texas Instruments

Je m’en suis procuré une, nous verrons comment nous en servir quand je l’aurai reçue, courant novembre apparemment.

Un des défis sera de la programmer avec la chaine d’outils libres GCC, au lieu de compter sur les outils payants de Texas Instruments.

Il vous faudra comprendre l’anglais un minimum pour passer commande, le paiement se fait par carte ou paypal, et il n’y a pas de frais de port!

 

C’est ici que ça se passe pour commander votre launchpad stellaris LM4F120!

Bunnie Huang reçoit l’ “EFF Pioneer Award” 2012

Pour moi, Bunnie Huang est un ‘grand hacker’. Il a pas mal de réalisations à son actif, qui ont eu un impact très positif sur les communautés en ligne. Il a commencé à être connu quand il a révélé une méthode d’intrusion pour exécuter des programmes personnels sur la console XBox, et depuis, il n’a pas cessé de nous étonner avec des projets particulièrement intéressants, comme le Chumby, un écran connecté à Internet (sous linux, bidouillable) qui peut afficher des nouvelles ou d’autres infos sans avoir a garder un ordinateur allumé, ou encore la NeTV, qui peut transformer n’importe quelle TV en TV connectée, mais qui a également été utilisée par Bunnie pour implémenter une faille dans le protocole HDCP qui protège les liens HDMI, le tout en toute légalité. Il est aussi à l’origine d’un concept de compteur Geiger qu’il a rendu open source, afin de faciliter sa fabrication et sa diffusion pour aider les japonais (et d’autres) à vérifier et partager les niveaux de radiation qui les entourent, sans avoir a compter uniquement sur des sources officielles (et pas toujours transparentes).

Je ne le connais bien sûr pas personnellement, mais au delà de ces réalisations, les interviews que j’ai lues et vues de lui (MAKE, Dangerous Prototypes) me le font paraitre comme une personne très agréable à cotoyer, un gars à l’esprit ouvert, et j’aime beaucoup ça. Il ne se prend pas la tête. Je trouve que c’est un bon communicateur, ce qui contribue largement à sa popularité. Etre capable d’expliquer ce qu’on fait en terme simple, je trouve que c’est une qualité qui n’est pas donnée à tout le monde. J’ai des progrès à faire, par exemple… En tout cas, il m’inspire et me donne envie de pousser mes projets au bout.

Parlons maintenant de l’EFF. L’ Electronic Frontier Foundation (page Wikipédia) est une organisation non gouvernementale qui défend les droits individuels sur internet. Ils peuvent agir en tant que consultant en cas d’attaque légale sur un point relevant des DRM, de la liberté d’expression, ou du DMCA américain.  Ils font aussi des actions de promotion, et s’impliquent dans les sujets actuels qui risquent de menacer la liberté sur Internet: Hadopi, le traité européen ACTA (qui a été finalement rejeté), etc.

Tous les ans, l’EFF attribue un prix à des individus qui ont contribué de manière exceptionnelle à la liberté électronique, qui s’appelle l’EFF Pioneer Award (récompense pour les pionniers de l’EFF). Ce prix a été attribué cette année à Bunnie Huang, bien entendu pour son travail pour la “libération” de la XBOX, du HDMI, et tout le reste. Je lui adresse mes chaleureuses félicitations.

Dans son article, vous verrez que pour Bunnie Huang, la “frontière électronique” représente la limite de ce qu’on peut faire avec le matériel électronique.

Vous pouvez aller sur son blog pour lire l’article original en anglais, ou continuer votre lecture de la version française ici. Après cela, allez faire un tour pour découvrir ses autres articles, ça en vaut la peine.


EFF Pioneer Award

Il m’est arrivé un truc énorme!

Je suis extrêmement honoré de recevoir un Pioneer Award de l’Electronic Frontier Foundation. Merci à tous ceux qui m’ont nominé pour cet incroyable récompense. Cette reconnaissance me motive pour travailler encore plus!

Quand, il y a une dizaine d’année, j’ai commencé le reverse engineering sur la Xbox, je n’avais pas prévu d’être à la frontière électronique. En fait, il était normal que je continue à me promener sur les mêmes chemins que j’avais empruntés depuis l’enfance : la frontière est venue à moi. L’adoption du DMCA en 1998 a redessiné cette frontière, et je suis devenu un pionnier sans avoir à bouger de chez moi!

On peut dire que j’ai une vision très traditionnelle de la propriété. Si j’achète quelque chose, je trouve bizarre de penser que je ne le possède pas. Pourtant, pour les logiciels, c’est courant: on ne peut pas posséder entièrement les pensées de quelqu’un d’autre, on peut seulement être autorisé à les utiliser. Cela provoque des paradoxes. Par exemple, il y a quelques années, vous pouviez vous procurer une copie d’un jeu appelé Diablo II, et la licence d’utilisation était faite pour que, dans des dizaines d’années, vous puissiez encore profiter d’un moment de nostalgie sur un vieux PC. De nos jours, vous pouvez obtenir une copie de la suite, Diablo III, mais elle requiert un service en ligne pour autoriser le jeu à fonctionner. Le propriétaire de ce service peut l’arrêter n’importe quand, ce qui implique votre acceptation d’arrêter d’y jouer. Dans des dizaines d’années, vous aurez toujours votre vieux PC et le jeu, mais vous n’aurez plus le droit d’y jouer, et vous avez laissé tomber ce droit d’un simple clic en acceptant les conditions d’utilisation.

J’aime le matériel électronique (le “hardware”), car il est relativement libre de ce genre de paradoxe. Quand j’achète un livre, il devient à moi, et j’en fais ce que je veux. Je peux le donner à un ami, le revendre d’occasion, je peux en déchirer des pages, le gribouiller ou l’utiliser comme un cale-porte ou comme un instrument de torture pour moustiques. Je peux même en photocopier les pages pour mon utilisation personnelle. Depuis l’enfance, j’ai toujours appliqué cette définition intuitive aux choses matérielles. J’ai toujours considéré que j’étais libre de démonter mes objets, de les trafiquer, de les modifier, et parfois de les abîmer, au désarroi de mes parents. Le matériel électronique, pour moi, c’est comme un livre, et en fait, la quasi totalité des technologies utilisées pour faire du matériel électronique ont un lien avec celles de l’imprimerie. Un Circuit Imprimé n’a pas ce nom pour rien. On peut ouvrir un appareil et le lire comme un livre; pour moi, le schéma et le dessin du routage expriment la même idée dans des langues différentes.

Et donc, quand j’ai détruit au tournevis l’étiquette de garantie de ma Xbox, je n’avais aucune idée du chemin dans lequel je m’embarquais pour devenir un pionnier. Mais comme on dit, “On remarque les pionniers aux flèches dans le dos”. Tout ce que j’ai fait, c’est rester dans mon domaine et le défendre, en me basant sur des notions simples, aussi vieilles que la roue.

Je crois profondément au droit de bricoler et de démonter des choses, ce que je considère comme un prérequis essentiel à la possession de quelque chose; et je pense que les idées sont plus puissantes quand elles sont libres et peuvent être librement partagées. Alors que les lignes qui définissent les frontières électroniques changent constamment, nous ne devons pas être victimes des circonstances: il faut tenir une position ferme, et être pionnier.

Merci à tous ceux qui m’ont supporté et m’ont donné le courage de gagner cette récompense — mes parents, partenaire, mes professeurs et conseillers, et particulièrement Tom Knight et Hal Abelson; ainsi qu’à mes amis et collègues qui m’ont soutenu même dans les moments les plus durs.


Note: L’autorisation de traduction m’a été donnée par Bunnie Huang, dont les articles de blog sont publiés selon une licence Creative Commons.

Bienvenue

Nous y voila, premier post de ce blog sur l’électronique ouverte.

Il y aura différents “départements” :

  • Technologies: Parce que le bricolage c’est bien, mais qu’il y a des choses à savoir pour se lancer avec succès et pour progresser; nous parlerons ici des sujets fondamentaux qui vous aideront à concevoir vos propres machines, mais toujours de manière pratique et amusante, la théorie, ça reste à l’école!
  • Projets: Je vous présenterai mes diverses réalisations, petites et grandes.
  • Actualités: Classique, pour ne pas manquer les actualités intéressantes de l’électronique et du bricolage. Nous nous intéresserons spécialement au “open hardware”, qui donne de bonnes opportunités de bricolage. J’y mettrai aussi des présentations de sites web intéressants.
  • En fond de tout cela, vous entendrez souvent parler de radioélectricité, car je trouve que c’est un bon domaine d’expérimentation, tout en restant finalement très proche de quelques fondamentaux.

Voila donc les sujets qui nous occuperont. Mais qu’est ce que l’électronique “ouverte”?

L’électronique ouverte, voici comment je me la représente: c’est la possibilité offerte à ceux qui le veulent de modifier, adapter, repenser, mais aussi dépanner, récupérer des appareils.

Dans les années 50, quand vous achetiez une télé, on vous livrait aussi le schéma. Bon, tout le monde ne savait pas réparer sa télé, mais au moins, on allait au petit magasin du coin et on réparait, souvent pour pas trop cher.

De nos jours, quand un téléphone portable ne marche plus, on le jette, et on paye un autre produit.

Pourquoi donc? C’est vrai, la complexité et la miniaturisation des appareils a sérieusement augmenté, ce qui rend plus difficile une intervention. Mais concentrons nous sur l’adaptation. Nous pensons qu’un appareil conçu pour être réutilisable dans d’autres contextes que celui pour lequel il a été créé a une plus grande valeur:

  • économique (on en a plus pour son argent),
  • affective (on tient plus à un objet qu’on a personnalisé soi même),
  • et créative (cela développe l’intelligence et l’inventivité).

Parce que nous pensons que ces raisons sont importantes, nous essayerons de

  • présenter les gens qui font l’effort de produire des appareils correspondant à ces critères;
  • vous donner des moyens pour créer vous mêmes vos appareils, dépanner, récupérer, etc;
  • créer des appareils réutilisables et modifiables.

Bienvenue, et amusez vous bien!